Passer au contenu principal

Avant/Après : Miracle Wabi-sabi dans un loft de 177 m2 à Pantin

29 janvier 2024
Huge cottage painted wood floor, white floor and exposed beam great room photo in Paris with white walls and no fireplace

Attendre un deuxième enfant a été le déclic pour que ce couple avec une fillette, logeant à Paris en location meublée, franchisse le pas et achète son propre logement. Tous deux travaillant à Pantin, ils décident de s’installer non loin, dans un grand loft de 177 m², niché à l’étage d’un ancien garage. Le vaste plateau avait été aménagé à l’économie par les anciens propriétaires et les nouveaux occupants rêvent de personnaliser l’espace et de le meubler à leur goût « dans un style vacances ». Un rêve qui a bien failli s’évaporer quand, au moment de conclure la vente, le premier devis de rénovation affiche trois fois la somme qu’ils peuvent emprunter… Ils s’en ouvrent alors à leur agent immobilier. Celui-ci les recommande à l’une de ses anciennes clientes, l’architecte d’intérieur Camille Grenu, dont il présage qu’elle pourra sauver la situation.


Coup d’œil

Qui vit ici ? Un couple de trentenaires

Emplacement : rue Jacquart à Pantin

Superficie : 177 m²

Date des travaux : livraison été mi-novembre 2022 après 6 semaines de chantier

Architecte d’intérieur : Camille Grenu de Projet Wabi-sabi

Budget : 50 000 euros tout compris (travaux, ameublement/décoration et honoraires inclus)

(Budget travaux 32 000 euros ; budget mobilier et accessoires : 9 000 euros)

Entreprise TCE : Phenics à L’Haÿ-les-Roses. Mention spéciale à Jean Olivier Torti le patron.

Un loft immense, dans un ancien garage, à rénover entièrement pour moins de 250 euros par mètre carré ! Il a fallu ruser.... les anciens propriétaires avaient peint les murs en vert pomme et en violet

« Ils m’ont contactée en plein été, peu de temps avant que leur bail n’expire, avec un budget tout compris de 50 000 euros pour rafraichir intégralement 177 m², aménager la grande pièce de vie, les deux chambres, et refaire la cuisine et la salle de bains », se remémore Camille Grenu, l’architecte d’intérieur. Le projet est fou mais Camille est galvanisée par le défi que cela représente et elle décide d’aider ce couple et leur adorable petite fille de quatre ans.


Même en rénovant a minima en se fondant au maximum sur l’existant, l’architecte d’intérieur sait qu’il est difficile à Paris de ne pas excéder les 1 200 euros par m². Or, il fallait ici se contenir dans à peine 300 euros/m², autant dire réaliser l’impossible.


Tant en raison de l’enveloppe budgétaire que du temps extrêmement compté, Camille leur a demandé de lui faire confiance pour leur proposer un concept et un aménagement possible et la magie a opéré : « Ils voulaient un style vacances, basé sur du noir, du blanc et du bois. Ils ont adoré ma proposition inspirée par le minimalisme et la pureté des maisons cycladiques ou des fincas du bord de la Méditerranée et nous sommes arrivés à tenir le budget et les délais », se réjouit-elle en commençant la visite des lieux.

Un loft immense, dans un ancien garage, à rénover entièrement pour moins de 250 euros par mètre carré ! Il a fallu ruser.... les anciens propriétaires avaient peint les murs en vert pomme et en violet

Pour relever le défi, plusieurs éléments ont aidé Camille. La professionnelle a su capitaliser sur l’existant car l’état du loft, sans être neuf, était exploitable. Il n’y a donc pas eu besoin de faire de gros travaux comme la réfection de l’électricité, de la plomberie ou encore les menuiseries, l’isolation ou le chauffage. Aucun changement structurel n’a non plus été réalisé.


Par ailleurs, l’appétence philosophique de l’architecte d’intérieur, transposée sur ce projet, a été d’une grande aide. « Il y a 1dix ans, j’ai découvert la philosophie japonaise Wabi-sabi en tombant amoureuse de la rénovation du penthouse de Robert de Niro à Tribeca par l’architecte Axel Vervoordt. C’est une philosophie qui place la beauté dans l’imperfection des choses : leur vécu, leur histoire, leur patine sont autant d’atouts. Cette acceptation de l’empreinte du temps qui passe m’a durablement imprégnée », explique celle qui aime depuis partager et mettre en pratique cette philosophie dérivée des principes bouddhistes dans chaque lieu qu’elle rénove.


La patience de l’architecte d’intérieur a également payé car, lorsque le budget est compté, trouver des matériaux et des meubles cohérents reste toujours possible mais les recherches et le temps passés en sont décuplés. « Ce projet aurait classiquement pris trente heures de travail. J’en ai passé plus d’une centaine ! » témoigne-t-elle en effet.


Enfin, mentionnons également la botte secrète de la pro, son entreprise TCE fétiche avec laquelle elle travaille souvent. « Le gérant de Phenics, Jean Olivier Torti, est un ancien ingénieur des Mines pris de passion comme moi pour l’univers du bâtiment. Il n’a pas son pareil pour sauver les situations techniques compliquées », lui rend-elle hommage.

Un loft immense, dans un ancien garage, à rénover entièrement pour moins de 250 euros par mètre carré ! Il a fallu ruser.... les anciens propriétaires avaient peint les murs en vert pomme et en violet

Retrouvez l'article complet juste ici.